Piercing au nombril : ce qu’il faut savoir, précautions et soins

Estelle Priam
Estelle Priam journaliste
Publié le 17 septembre 2021
en collaboration avec Yvon Bourgoin (pierceur dans un salon à Paris)

Le piercing au nombril est une barre incurvée avec une boule à chaque extrémité. Que faut-il savoir avant de se faire percer par un professionnel ? Comment se déroule la pose du tout premier bijou ? Quels soins après le perçage ? Combien coûte-t-il et est-il douloureux ? Réponses d’Yvon, pierceur dans un salon à Paris.

Comment se déroule le perçage du nombril

Le piercing au nombril a toujours été populaire mais particulièrement dans les années 90-2000. Il a une forme de barre incurvée comme une banane avec deux boules à chaque extrémité, et traverse le pli de peau en haut du nombril, ou en bas, parfois même au travers. "Quand on perce, on parle de bijou de première implantation. Il est stérile et en titane, car c’est un métal 100 % bio compatible, à la différence de l’acier chirurgical qui contient du nickel potentiellement allergisant" informe Yvon Bourgoin, pierceur dans le salon Abraxas Saint-Honoré à Paris. "On peut aussi poser un bijou en or 18 carats mais qui ne garantit pas le risque 0 de réaction allergique", précise-t-il.

Voici comment se déroule le processus du perçage étape par étape : après s’être installé en position couchée avec la région à percer bien dégagée, le pierceur se lave les mains et enfile des gants à usage unique. "On commence par l'asepsie de la peau en trois temps". D’abord on nettoie la zone à percer avec un savon doux, on rince à l’eau ou au sérum physiologique, puis on désinfecte à l’aide d’une solution antiseptique. Le pierceur réalise un marquage de l’entrée et de la sortie du bijou sur la peau du client et une fois que les deux sont prêts, il procède au perçage. Deux façons existent : à l’aide d’une pince aux bords plats et troués au centre pour à la fois tenir la peau et faire passer l’aiguille à travers, ou seulement avec une aiguille. “Les deux sont valables, j’utilise la seconde personnellement, moins traumatique pour les tissus”. Ensuite le professionnel pose le bijou avant de nettoyer la zone. "C’est peu douloureux comme lorsque l’on perce le lobe. Mais il faut être détendu et éviter d’être crispé" conseille Yvon.

Prendre soin de son piercing au nombril

Concernant les soins à apporter, "pendant les deux premières semaines, on peut mettre une solution antiseptique sans alcool matin et soir, mais il faut veiller à ne pas utiliser de produit trop fort au risque de détruire la zone cicatricielle" fait remarquer l’expert. Yvon conseille par ailleurs un lavage quotidien matin et soir au savon avec un pH neutre et du sérum physiologique pour rincer et nettoyer le dépôt lymphatique et ce, pendant toute la durée de la cicatrisation qui peut durer jusqu’à un an. "On peut changer le bijou lors de la période de stabilisation entre 5 et 6 mois après le perçage, mais il n’y a pas de règle absolue" indique le pierceur professionnel. "Le plus important c’est de faire suivre l’évolution de son piercing, l’idéal étant de venir tous les mois au salon pour le faire contrôler". Concernant le changement de bijou, il peut être réalisé dans un premier temps par le pierceur puis soi-même avec des mains propres. Attention, il ne faut pas enlever le bijou pendant la cicatrisation sinon le canal risque de se rétracter.

Pendant deux mois, Yvon Bourgoin proscrit l’immersion du piercing dans l’eau. "Pas de bain, de mer, de piscine, de sauna ni de hammam, seulement la douche". On évite le pantalon taille haute, la ceinture à grosse boucle qui pourraient frotter contre le piercing, et de dormir sur le ventre. "Au moindre signe suspect comme une rougeur, une boule, une douleur, des écoulements importants, il ne faut pas hésiter à aller voir son pierceur. Sans renseignement, on peut faire des gestes contre-productifs comme provoquer une surinfection en appliquant trop d'antiseptique". Si les symptômes persistent et/ou s’aggravent, rendez-vous à la pharmacie ou chez votre médecin.

Les prix varient selon les salons et le bijou de première implantation, aux alentours de 50 à 70 euros incluant perçage, bijou et suivi.

À voir aussi

Piercing au nombril : les contre-indications

Attention, tout le monde ne peut pas sauter le pas : "Le nombril ne peut pas être percé à chaque fois" met en garde Yvon. "Si le nombril ressort ou qu’il est trop petit par exemple, le perçage n’est pas toujours possible. Il faut que le pierceur inspecte la zone avec attention. Il peut proposer un mode de perçage adapté ou refuser de percer". En cas de problèmes de peau, là-aussi, attention. "On ne perce pas sur des éruptions cutanées type psoriasis", enchaîne l’expert.

Enfin, seules les personnes majeures et les mineures âgées de plus de 16 ans dont la croissance le permet et avec l’autorisation et la présence d’un tuteur légal peuvent se faire percer.


Publié le 17 septembre 2021

Interview d'Yvon, pierceur à l’Abraxas Saint Honoré à Paris (accessible en ligne)

Partager sur :

Newsletter Bien Vieillir

Recevez nos dernières actualités pour rester en forme

Doctissimo, met en oeuvre des traitements de données personnelles, y compris des informations renseignées dans le formulaire ci-dessus, pour vous adresser les newsletters auxquelles vous vous êtes abonnés et, sous réserve de vos choix en matière de cookies, rapprocher ces données avec d’autres données vous concernant à des fins de segmentation client sur la base de laquelle sont personnalisées nos contenus et publicités. Davantage d’informations vous seront fournies à ce sujet dans l’email qui vous sera adressé pour confirmer votre inscription.

Merci de votre confiance

Découvrez toutes nos autres newsletters.

Découvrir