• Actualités
  • Tabac à rouler : "extrêmement toxique" et en hausse à cause des confinements

    Publié le 30/09/2021
    Lecture 2 min.
    Estelle Priam
    Estelle Priam journaliste

    Le tabac à rouler est en hausse depuis les confinements car il est plus économique. Il est cependant "extrêmement toxique", selon la Présidente de la Société francophone de tabacologie, qui suggère une hausse de son prix.

    "Une cigarette roulée, c'est l'équivalent de 2 ou 3 cigarettes classiques"

    Le tabac à rouler, même biologique, est "extrêmement toxique", même avec un filtre, signale le Dr Anne-Laurence Le Faou, Présidente de la Société francophone de tabacologie et responsable du Centre de tabacologie de l'hôpital européen Georges-Pompidou à Paris, dans une interview accordée au Parisien le 29 septembre. "Une cigarette roulée, c'est l'équivalent de deux ou trois cigarettes classiques", avertit-elle.

    Un boom du tabac à rouler pendant le confinement ?

    Ce type de cigarettes, appréciées pour leur prix car moins important que celui des cigarettes classiques, sont davantage consommées depuis les confinements. "J'ai remarqué que beaucoup de patients ont rechuté pendant cette période où ils restaient chez eux" signale-t-elle. "Nombre d’entre eux craignaient pour leur emploi à ce moment-là, et certains se trouvent toujours au chômage aujourd’hui, avec comme conséquence une augmentation de la consommation de tabac perdurant au-delà du confinement, le plus souvent des personnes en difficultés sociales et financières qui ont acheté plutôt du tabac à rouler, moins cher que des paquets de cigarettes manufacturées", explique-t-elle.

    Le tabac à rouler, prisé par les jeunes

    Le Dr Anne-Laurence Le Faou suggère de hausser les prix du tabac à rouler, permettant ainsi de dissuader les jeunes, qui sont de grands consommateurs. Elle incite également à augmenter les moyens en personnel et à développer "partout" les "possibilités à l'arrêt du tabac, notamment pour les personnes dont les ressources sont faibles car ce sont elles qui fument le plus et qui continuent à fumer et parfois, malgré un prix des cigarettes plus élevé. Ce sont, elles aussi, qui orientent leur consommation vers le tabac à rouler, moins cher".

    Selon les résultats d'une enquête publiée le 22 avril 2020 et commandée par le cabinet G.A.E conseil, qui est spécialisé dans la prévention des conduites addictives en milieux professionnels, 27% des fumeurs de tabac ont augmenté leur consommation au bout de trois semaines du confinement. Le baromètre de Santé Publique France publié en mars 2021 informe d'ailleurs qu'après une baisse du tabagisme en France métropolitaine de 2014 à 2019, la prévalence se stabilisait en 2020. "Dans un contexte de crise sanitaire, psychologique, économique et sociale inédite, un des enjeux est de réinstaller une tendance à la baisse, et de renforcer encore la lutte auprès des populations les plus vulnérables face au tabagisme, les inégalités sociales étant très marquées", peut-on lire dans le bilan.


    • «Le tabac à rouler est extrêmement toxique» : la mise en garde d’une spécialiste, Le Parisien (accessible en ligne)
    • CONSOMMATION DE TABAC PARMI LES ADULTES EN 2020 : RÉSULTATS DU BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE, BEH Santé publique france (accessible en ligne)
    Partager sur :

    Newsletter Bien Vieillir

    Recevez nos dernières actualités pour rester en forme

    Doctissimo, met en oeuvre des traitements de données personnelles, y compris des informations renseignées dans le formulaire ci-dessus, pour vous adresser les newsletters auxquelles vous vous êtes abonnés et, sous réserve de vos choix en matière de cookies, rapprocher ces données avec d’autres données vous concernant à des fins de segmentation client sur la base de laquelle sont personnalisées nos contenus et publicités. Davantage d’informations vous seront fournies à ce sujet dans l’email qui vous sera adressé pour confirmer votre inscription.

    Merci de votre confiance

    Découvrez toutes nos autres newsletters.

    Découvrir