• Actualités
  • Maladie de Lyme : un nouvel antibiotique pour la soigner et l’éradiquer ?

    Publié le 11/10/2021
    Lecture 2 min.

    Dans une nouvelle étude, des chercheurs américains expliquent que l’hygromycine A pourrait non seulement lutter efficacement contre l’infection à la borréliose de Lyme, mais également permettre d’éradiquer la source de la maladie.

    Aux Etats-Unis, on estime à 500 000 le nombre de personnes touchées par la maladie de Lyme, une infection causée par une piqûre de tique elle-même infectée par une bactérie de la famille des spirochètes nommée Borrelia burgdorferi. Cette infection, qui peut entraîner des symptômes cutanés, neurologiques mais aussi cardiaques, se traite par la prise d’antibiotiques aux effets secondaires parfois importants. Mais un nouvel antibiotique encore plus efficace et sûr pourrait changer la donne, selon une étude menée par des chercheurs américains et publiée le 6 octobre 2021 dans la revue scientifique Cell.

    L’hygromycine A, un antibiotique “sûr et efficace”

    En réalité, ce traitement, baptisé hygromycine A, n’est pas nouveau : découvert en 1953, “personne ne s'y est intéressé car son efficacité contre les bactéries en général est assez faible, explique Kim Lewis, directeur de l’étude. Mais nous avons en revanche constaté qu'il présente une efficacité exceptionnelle contre les spirochètes”, et en particulier la bactérie Borrelia burgdorferi.

    En effet, contrairement aux antibiotiques à large spectre comme l’amoxicilline et la doxycycline qui peuvent modifier le microbiote intestinal et favoriser l’antibiorésistance, l’hygromycine A, testée sur des souris, n’a présenté “aucun signe de toxicité à des doses assez élevées”, ce qui montre que “ce composé est sûr et efficace”, écrivent les chercheurs.

    Éradiquer la maladie dans l’environnement

    Par ailleurs, si cet antibiotique sélectif constitue un espoir de traitement plus efficace pour la maladie de Lyme, l’équipe de scientifiques estime également qu’il pourrait permettre de “l’éradiquer dans l’environnement”. En effet, une précédente étude a montré que la mise en place d’appâts contenant de la doxycycline dans une zone infectée par les tiques avait permis d’éliminer l’infection chez 87% des souris et 94% des tiques Ixodes, des taux “supérieurs aux niveaux nécessaires de transmission”. Diffuser un antibiotique sur un large territoire “n’est pas faisable” à cause du risque d’antibiorésistance. Mais selon les chercheurs, cela pourrait l’être avec l’hygromycine A, son activité contre les organismes non spirochètes étant “limitée”.

    Un espoir de traitement contre la syphilis également ?

    Les auteurs de l’étude justifient l’importance de leur découverte en précisant que bien que la vaccination contre la maladie de Lyme, qui fait l’objet de recherches, puisse “protéger ceux qui reçoivent le vaccin, cela ne résout pas le cœur du problème et nécessite des dépenses de santé continues”.

    De plus, ils ont pu observer que l’hygromycine A était également efficace sur Treponema pallidum, la spirochète qui cause la syphilis. “T. pallidum devient de plus en plus résistante aux traitements actuels, et l’hygromycine A peut être un candidat pour traiter cette maladie sexuellement transmissible” qui est en augmentation en Europe.


    A selective antibiotic for Lyme disease. Nadja Leimer et al. October 06, 2021. DOI: https://doi.org/10.1016/j.cell.2021.09.01

    Partager sur :

    Newsletter Bien Vieillir

    Recevez nos dernières actualités pour rester en forme

    Doctissimo, met en oeuvre des traitements de données personnelles, y compris des informations renseignées dans le formulaire ci-dessus, pour vous adresser les newsletters auxquelles vous vous êtes abonnés et, sous réserve de vos choix en matière de cookies, rapprocher ces données avec d’autres données vous concernant à des fins de segmentation client sur la base de laquelle sont personnalisées nos contenus et publicités. Davantage d’informations vous seront fournies à ce sujet dans l’email qui vous sera adressé pour confirmer votre inscription.

    Merci de votre confiance

    Découvrez toutes nos autres newsletters.

    Découvrir